Menu
MOUEZH BREIZH, LA VOIX DE LA NATION BRETONNE

Cornouailles : une identité celtique qui perdure


Rédigé le Vendredi 17 Mai 2024 à 16:57 | Lu 1 commentaire(s)



in War Raok ! - n° 67 - Septembre 2023

En janvier 1549, l'Acte d'uniformité est déclaré. La reine Élisabeth I parachève ainsi le processus de création d'une Église anglaise/anglicane séparée de Rome, qui avait été initié par son père, le célèbre Henri VIII. Cet Acte d'uniformité incluait le nouveau Livre de prières communes pour les membres de la nouvelle Église.  La Cornouailles, qui a toujours été un territoire favorable aux Tudors, dynastie d'origine galloise - et donc très proche des Cornouaillais - s'oppose à l'imposition de ce Livre. Deux raisons à cela : la première est l'attachement des Cornouaillais à la religion catholique ; la seconde - et la principale - est que le livre est écrit en anglais, une langue que - comme ils l'ont fait savoir au souverain - personne ne comprend dans la Cornouailles du 16ème siècle. La langue locale, le cornique aux racines celtiques, était très éloignée de l'anglo-saxon aux racines germaniques.

Le Pays de Galles et la Cornouailles sont les dernières terres des Celtes britanniques

Au 1er millénaire avant notre ère, les Celtes colonisent toute la côte atlantique du continent, de la péninsule ibérique à la Belgique actuelle, en passant par la Gaule. Des peuples celtes se sont également installés dans les îles britanniques, s'ajoutant à une population antérieure qui aurait été assez semblable à celle qui venait d'arriver, formant ainsi la population britannique. Parmi ces Celtes insulaires, on distingue deux types: les Gaéliques, qui occupaient l'île d'Irlande, et les Brythoniques, qui s'étaient installés sur l'île de Grande-Bretagne.

Les traces d'un passé plus lointain dans la région sont la forte présence de complexes mégalithiques dans toute la Cornouailles, notamment ceux connus sous le nom de The Hurlers.

En 43 avant J.-C., les aigles des légions romaines arrivent sur l'île de Grande-Bretagne, ne laissant que la partie sud de l'île sous contrôle romain, après avoir été repoussés au nord par les Pictes. Avant l'arrivée des légions, l'historien romain Diodore décrivait la péninsule de Belerion (l'actuelle Cornouailles) comme une région extrêmement civilisée et sophistiquée, enrichie par ses échanges commerciaux avec d'autres lieux de l'île, mais aussi de l'Europe occidentale et même de la Méditerranée, dont elle est le principal fournisseur d'étain. Les Grecs les connaissaient peut-être sous le nom d'îles Kassiterides, et Diodore lui-même fait référence aux premières activités minières de la région. La domination romaine a duré jusqu'à la fin du 5ème siècle après J.-C., bien que son pouvoir se soit progressivement affaibli. Dans leur division administrative de l'île, les Romains ont formé la province de Dumnoni, qui occuperait les régions actuelles de Cornouailles, Somerset et Devon (une évolution du nom latin). Pendant toute cette période, le latin n'était que la langue d'une petite élite administrative, la population indigène continuant à parler sa langue celtique brythonique dans ce qui est aujourd'hui le Pays de Galles et l'Angleterre.

Rome quitte la Grande-Bretagne en 410 après J.-C. et un nouveau cycle historique commence. Après le retrait des légions, la Dumnoni reste un petit royaume celto-romain et est le théâtre d'une fragilité et d'une fragmentation politiques généralisées.

Le changement définitif dans l'histoire de la Grande-Bretagne a lieu dans ces années-là, avec l'arrivée massive de peuples germaniques : Angles, Saxons et Jutes, venus des côtes continentales de l'Atlantique Nord, qui occupent progressivement l'île d'est en ouest. Ce mouvement repousse progressivement les autochtones britanniques vers l'ouest, et les Anglo-Saxons leur donnent les noms de Cornwalas et Westwalas, de l'anglo-saxon Wealas (étrangers), qui deviendront Wales-Welsh et Cornwall-Cornish (au Pays de Galles, le nom du pays est Cymru et celui de la Cornouailles Kerwon ou Curnow). Les Latins appelleront le royaume de Cornouailles Cerniu, de l'ethnonyme celtique local latinisé en Cornovii, tandis que les Anglo-Saxons utiliseront le terme "west Welsh" pour souligner sa similitude avec le Pays de Galles. Le Pays de Galles et la Cornouailles sont les régions qui sont restées aux mains des populations celtiques - encore aujourd'hui - face à la pression anglo-saxonne. C'est cette fragmentation qui a conduit à la dérivation de deux langues très similaires à partir du brythonique commun : le gallois et le cornique. Si l'on ajoute que la pression anglo-saxonne a poussé nombre de ces Celtes, aujourd'hui réduits au Pays de Galles et aux Cornouailles, à traverser la mer et à s'installer en Bretagne (d'où le nom), la langue bretonne est l'évolution du gallois et du cornique apportés par ces Celtes devenus Bretons. Il existe des preuves d'une certaine implantation dans la région ibérique de la Galice.

Le dernier roi du royaume celtique de Cornouailles/Dumnoni fut Huwai, celui qui accepta définitivement la domination du roi anglo-saxon Atheslan, après une période de lutte et d'affrontement constants avec les Anglo-Saxons et le royaume de Dumnoni, qui luttait aux côtés des royaumes gallois voisins et frères contre l'avancée "anglaise", en comptant sur l'alliance des Vikings danois - qui occupaient le centre de l'île - lors de cet affrontement. En 936, Atheslan, qui avait unifié sous sa couronne tous les royaumes anglo-saxons de l'île et avait été reconnu par Huwai, fixa la frontière entre l'Angleterre et la Cornouailles à la rivière Tamar, lui enlevant l'Exester cornouaillais et une partie du Devon. Cette frontière tracée par Atheslan est exactement la même que celle qui sépare les comtés anglais actuels de la Cornouailles celtique et du Devon anglo-saxon.


Terre de légendes et de saints

Ce sont des années sombres de fragilité des pouvoirs et d'affrontement entre Celtes autochtones et Germains anglo-saxons, une époque de contes et de légendes, dont deux marqueront la mémoire collective européenne jusqu'à aujourd'hui : celle du roi Arthur et celle de Tristan et Iseult.

La figure du roi Arthur oscille entre mythe et réalité historique. La légende fait sans doute référence à un personnage historique, roi d'un royaume celte (d'autres évoquent un roi d'un royaume celto-romanisé) qui a unifié plusieurs Celto-Britons dans la lutte contre l'avancée anglo-saxonne. Peut-être la légende ne fait-elle pas référence à un seul roi, mais à plusieurs qui joueront ce rôle à la fin du 5ème siècle et au début du 6ème siècle.  Mais la Cornouailles a certainement des raisons de revendiquer le roi mythique - ou du moins l'un de ses principaux inspirateurs - comme le sien. C'est là que le situe la légende de Tristan et Iseult, à Slaugther Bride, un lieu connu depuis l'Antiquité sous le nom de "tombe d'Arthur", où Richard Carew a décrit en 1602 la dernière bataille entre le roi Arthur et son neveu Mordred. 

Pour continuer dans cette zone où l'histoire et le mythe se rencontrent, il faut mentionner le roi de Cornouailles Cynan ou Conan de Mariadoc, et ensuite se tourner vers une légende de référence constante dans l'imaginaire collectif européen, celle de Tristan et Iseult, qui est également liée à la Cornouailles. 

"Il y a plus de saints en Cornouailles qu'au paradis", dit un vieil adage cornouaillais. Certains affirment même - sans grand fondement - que la Cornouailles était le centre du celto-christianisme au début du Moyen-Âge et que c'est de là qu’a été influencé le christianisme de la Grande-Bretagne, du Pays de Galles, de l'Écosse et, surtout, de l'Irlande, le grand centre culturel chrétien du début de l'ère médiévale. Cependant, l'histoire atteste que la Cornouailles est devenue chrétienne précisément avec l'arrivée de moines irlandais qui s'étaient installés dans le royaume gallois voisin de Demetia. Saint Piran, le saint patron de la Cornouailles, était un moine breton - rappelons qu'il s'agit d'une terre peuplée de Gallois et de Corniques - qui est venu en Cornouailles depuis un monastère gallois.  Le drapeau de Cornouailles (croix blanche sur fond noir) était son emblème.

Le monastère de St Michael's Mount (en cornique, Karrek Loes y'n Koes, littéralement "rocher gris dans la forêt") est un point de repère obligatoire de la chrétienté médiévale en Cornouailles. Il ressemble beaucoup à son homonyme marquant la frontière entre la Normandie et la Bretagne, dont il dépendait. 


Du comté au duché de Cornouailles

En 1066, les Normands, des Vikings installés en France depuis le 10ème siècle, arrivent en Angleterre sous le commandement de Guillaume le Conquérant, qui sera victorieux dans sa conquête du trône d'Angleterre. La nouvelle aristocratie normande prend le pas sur l'aristocratie anglo-saxonne. Au Pays de Galles et en Cornouailles, la conquête par ces châtelains normands, la domination sur la population celte locale, donne le pouvoir à une couche superficielle de dirigeants, occupant les châteaux.

La Normandie - répétons-le - est née lorsque le roi franc Charles III a cédé un important territoire dans le nord-ouest de la France au chef viking danois Rollo, qui s'est établi comme duc, en échange de la protection du royaume franc contre les incursions d'autres Vikings, principalement norvégiens. Guillaume, duc de Normandie, est un descendant de Rollo et la Normandie sur laquelle il règne comprend la Bretagne. Guillaume aspire au trône d'Angleterre et lorsqu'il planifie l'invasion, de nombreux nobles bretons, descendants des Cornouaillais et des Gallois qui s'étaient installés dans cette région pour fuir la conquête anglo-saxonne, s'enrôlent dans les troupes de Guillaume dans le but de retrouver les terres dont ils ont été chassés par les Anglo-Saxons. La victoire des Normands à la bataille de Hastings sur les Anglo-Saxons et l'installation du roi normand Guillaume le Conquérant sur le trône d'Angleterre ont donné un nouvel élan aux relations entre la Cornouailles, le Pays de Galles et la Bretagne, et Guillaume le Conquérant a été considéré comme une sorte de roi Arthur retrouvé. À cette époque, la langue cornique connaît une nette avancée territoriale.

En 1173, la dynastie Plantagenet - fondée par Guillaume le Conquérant - établit le comté de Cornouailles, dont une grande partie des barons et de la noblesse étaient celto-cornouaillais. En 1337, le roi anglais Édouard III a fait du comté un duché - un statut noble qu'il conserve encore aujourd'hui. Les conquérants normands considéraient la Cornouailles et le Pays de Galles comme distincts de l'Angleterre et, même sous la souveraineté du monarque anglo-normand, comme des territoires autonomes et autogérés, virtuellement indépendants, à l'exception des liens logiques de soumission à la couronne.


Les Tudors

Les Cornouaillais ont ouvertement soutenu l'accession d'Henri VII Tudor au trône d'Angleterre. En effet, la dynastie des Tudor (Tudur en gallois) était d'origine celte et galloise et les Cornouaillais se sont toujours identifiés à elle. L'accession d'Henri au trône a suivi la guerre civile entre deux branches de l'aristocratie anglo-normande: la rose blanche des York et la rose rouge des Lancastre. De nombreux Cornouaillais et Gallois ont vu dans l'accession au trône d'Angleterre de "l'un des leurs" une renaissance du mythe arthurien, l'ancienne Britannia étant à nouveau placée sous la souveraineté d'une maison royale celtique. Ils y voyaient le premier acte du "projet britannique" - la résurrection politique de la Grande-Bretagne celtique qui avait été soumise par les envahisseurs anglo-saxons.

Henri VII était un adepte convaincu de ce projet celtique britannique. Gallois d'origine, il revendique le droit de dominer toute l'île de Grande-Bretagne, dans un projet politique qui fait référence à la récupération de l'île entière des Celto-Britons (qui comprenaient les anciens Pictes écossais). Avant sa victoire suite à la guerre des Deux-Roses, Henri VII s'exile en Bretagne, où il approfondit sa conscience celtique. À son retour, lors de la bataille contre Richard III d'York, Henri VII brandit le dragon gallois comme bannière et bénéficie d'un soutien massif de la part des Gallois et des Cornouaillais. Henri VII rappelle son fils aîné Arthur et lui accorde le duché de Cornouailles, traite ses sujets gallois et cornouaillais (qu'il considère comme supérieurs aux Anglais anglo-saxons) de manière préférentielle, et envoie son ambassadeur Richard Edgcumbe en Irlande, en Écosse et en Bretagne pour renforcer les alliances et les pactes pan-celtiques.

Le membre le plus connu de la maison Tudor et l'un des monarques anglais les plus importants de l'histoire a succédé à Henri VII sur le trône : Henri VIII, connu pour avoir rompu avec l'Église catholique de Rome et instauré l'anglicanisme protestant en Angleterre. Henri VIII partage les conceptions celto-britanniques de son père. Tout changea lorsque Henri VIII prit la mesure la plus importante de ce processus de "révolution gouvernementale des Tudor", à savoir la création de l'Église d'Angleterre et son implantation dans tout le royaume. La Cornouailles étant une région à forte religiosité catholique traditionnelle, la réforme n'a pas été bien accueillie. Après l'Acte d'uniformité, la fille d'Henri VIII, Elizabeth I Tudor, a voulu imposer un livre de prières unifié en langue anglaise, ce qui était étranger à la plupart des habitants de Cornouailles à l'époque. Les rébellions de Cornouailles et du Pays de Galles - où, comme toujours, la situation est similaire - sont écrasées par l'armée royaliste. Les pertes ont été lourdes, mais la Cornouailles a continué à bénéficier d'une forte présence catholique jusqu'au 17ème siècle. 


Les Cornouailles pendant la guerre civile anglaise

Ce conservatisme traditionnel des Cornouailles, religieux et politique, signifie que lorsque le révolutionnaire puritain Oliver Cromwell et le Parlement anglais se sont révoltés et ont déclaré la guerre au monarque Charles Ier - de la dynastie des Stuart, qui a succédé à la dynastie des Tudor sur le trône d'Angleterre - les Cornouaillais se sont clairement rangés du côté du roi. Seule une petite minorité de Cornouaillais s'est rangée du côté du Parlement et a traversé la rivière Tamar - la frontière entre les Cornouailles et le Devon - pour s'installer dans la capitale du Devon, Plymouth, un important bastion puritain. C'est précisément de Plymouth qu'est parti le célèbre Mayflower, chargé de puritains anglais, qui allaient être les pères fondateurs des États-Unis, puissance idéologiquement née de l'arrivée de ces puritains. Il est curieux de constater que Plymouth est l'une des rares villes européennes où Jehovah figure dans la légende de ses armoiries municipales, "Turris Fortissima est nomen Jehovah".

Le mot "puritain" - qui n'a rien de moral - fait référence à l'idée de maintenir la religion protestante "pure", à la fois dans son essence biblique et dans son opposition absolue au catholicisme. L'armée fondée par Cromwell, la New Model Army, plus connue sous le nom de Roundheads, considérait les Gallois, les Cornouaillais et les Irlandais comme des "païens" et le degré de répression était brutal. Le génocide irlandais aux mains de Cromwell a atteint des proportions effrayantes.

Finalement, les royalistes gagnèrent la guerre et la monarchie fut restaurée en la personne de Charles II Stuart. À cette époque, l'économie des Cornouailles connaît une expansion majeure, combinant la pêche, l'exploitation minière et le transport maritime.


Encore une fois, le projet "britannique"

En 1707, les parlements d'Écosse et d'Angleterre - qui englobent le Pays de Galles et les Cornouailles - signent l'Acte d'Union, qui parachève l'union des deux couronnes sous la dynastie des Stuart, d'origine écossaise. Cette union donne naissance à une nouvelle entité politique qui englobe les deux signataires et qui prend le nom de Grande-Bretagne. D'une certaine manière, elle renoue avec le "projet britannique" des Tudors et d'Henri VIII, mais l'axe idéologique est désormais différent : il repose sur le protestantisme et sur l'expansion maritime et commerciale. La Cornouailles jouera également un rôle de premier plan dans cette renaissance du "projet britannique", mais cette fois dans le cadre de nouveaux paramètres idéologiques et économiques éloignés de l'actualisation politique du passé celto-britannique.

Exploitation minière, méthodisme et émigration

Aux XVIIIe et XIXe siècles, l'importance de la pêche dans l'économie cornouaillaise cède progressivement la place à l'exploitation minière.  L'exploitation minière et la Cornouailles sont devenues presque synonymes - la situation était également très similaire au Pays de Galles. Le cuivre, utilisé principalement pour fabriquer du fer-blanc et dont la demande a connu une croissance exponentielle dans le monde entier, a joué un rôle particulièrement important dans l'exploitation minière. L'exploitation minière a eu un impact considérable sur l'imaginaire collectif, l'identité et la vie quotidienne des Cornouaillais. Les Cornouaillais étaient très fiers de leur réputation de mineurs. Associé à l'exploitation minière, le méthodisme - une variante protestante - a connu une grande expansion en Cornouailles, en mettant l'accent sur la solidarité et le soutien mutuel, des valeurs étroitement liées à l'activité et à la culture minières.  Alors que le méthodisme est fort dans la sphère religieuse, le parti libéral gagne en importance dans la sphère politique. Associés à ce sentiment politico-religieux et à leur expertise de mineurs, les Cornouaillais ont émigré en grand nombre au cours du 19ème siècle vers des territoires tels que l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud riche en diamants et la Californie lors de la ruée vers l'or, où ils ont joué un rôle de premier plan dans l'activité minière. De nombreux mots cornouaillais liés à l'exploitation minière sont passés en anglais : costean, gunnies, vug.

Une langue qui survit

Nous avons déjà évoqué l'impact négatif de l'incompréhensible livre de prières en langue anglaise en Cornouailles. Le cornique a été fortement soutenu par l'Église catholique pendant tout le Moyen-Âge. Ajoutons que la rébellion des Cornouaillais contre Élisabeth I et sa volonté d'imposer ce livre unifié de prières et de chants en anglais - et non de le traduire en cornouaillais - a eu un impact significatif et négatif sur la langue: non seulement les Cornouaillais ont été obligés d'apprendre et d'utiliser l'anglais - même si, au début, ce n'était qu'à l'église - mais, fait grave et décisif, le cornouaillais est resté une langue hostile à la réforme et au pouvoir de la reine, avec tous les problèmes que cela entraînait pour l'usage normal de la langue. Le déclin du cornique a été vertigineux et, en 1800, il avait pratiquement disparu en tant que langue résiduelle de quelques locuteurs dans l'extrême sud-ouest du pays. Cependant, à la fin du 20ème siècle, l'enthousiasme des Cornouaillais pour récupérer leur langue a eu des effets importants, et des niches ont été récupérées pour cette ancienne langue celtique, qui est maintenant enseignée dans les écoles primaires du pays en tant que matière facultative. C'est le seul moyen de la maintenir en vie. Elle est encore bien en deçà de la "normalité".

Vers un renouveau de la Cornouailles

Le déclin de l'industrie minière depuis le milieu du 20ème siècle, ainsi que le déclin de l'agriculture et de la pêche, ont entraîné un appauvrissement général de la région, qui a été inversé ces dernières décennies par la nouvelle "industrie nationale" : le tourisme. Les Cornouailles sont devenues une destination estivale de luxe pour les classes aisées anglaises et une destination de plus en plus populaire dans toute l'Europe. Il ne fait aucun doute que les Cornouailles ont tous les atouts pour devenir une destination incontournable, quels que soient les critères retenus.

Le rétablissement et la renaissance modérée de la langue doivent être considérés dans le contexte d'une renaissance de la langue cornique, qui remonte à 1904, lorsque Henry Jenner a publié A Handbook of the Cornish Language (Manuel de la langue cornique). Ces efforts culturels ont été déployés simultanément dans la capitale, Turo, et dans les régions les plus occidentales du pays. Après la Seconde Guerre mondiale, l'identitarisme cornouaillais est passé de la sphère purement culturelle à la sphère politique, avec le rôle du parti Mebyon Kernow (Fils de Cornouailles), qui s'est scindé en 1969 pour devenir le Cornish National Party. À la fin des années 1990, la Cornouailles a obtenu le statut de région au sein de l'UE et, en 2002, le cornique a été officiellement reconnu par le gouvernement britannique. Nous espérons et souhaitons que tous les mouvements visant à préserver la langue et la culture de cette ancienne identité celtique et européenne s'intensifieront au cours des prochaines décennies et que la Cornouailles continuera d'être l'une des identités vivantes qui forment et enrichissent le patrimoine historique et culturel européen.

 

Enric Ravello Barber


Note :

  1. Devise de la Cornouailles. « Un et tous », En breton « Unan hag Holl ».



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 17 Mai 2024 - 17:43 Sant-Maloù

Vendredi 17 Mai 2024 - 17:40 Le Corbeau et les Celtes



War Raok n° 69 - Printemps 2024


24/04/2024

Souscription permanente

Souscription permanente !

War Raok est une revue bretonne moderne libre et indépendante. 
War Raok affiche fièrement une attitude dissidente indispensable à l’éveil du peuple breton et à la renaissance d’une identité forte. 
War Raok
 c’est un véritable outil de démocratisation et de libération des esprits du formatage de l’idéologie unique.
War Raok c’est l’émancipation des intelligences, la voix d’une nouvelle résistance… le porte-drapeau de la nation bretonne.

Voilà le choix de la revue. Mais ce choix de l’indépendance, notamment financière, face au blocus de la presse aux ordres et de la police de la pensée, n’est pas sans conséquence. Sans moyens financiers, autre que la démarche militante des abonnés, le combat est inégal. Aussi, afin d’assurer une publication régulière et de qualité, l’ouverture d’une souscription permanente est le meilleur moyen de conforter la pérennité de notre existence.
Merci d’avance, Bretons et amis de la Bretagne, pour votre soutien.

 

Par courrier : WarRaok
50 bis avenue du Maréchal Leclerc
Appartement 203
35310 MORDELLES.


WR
24/04/2024

Facebook



Partager ce site
Facebook
Twitter
Mobile
Rss